Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
FOCUS SUR : Le leadership : Freelance vs CDI : ça change quoi ?

FOCUS SUR : Le leadership : Freelance vs CDI : ça change quoi ?

05/06/2017

Il est vrai que pendant nos derniers événements, nous avons eu l’occasion d’avoir tous les avis et toutes les réactions concernant le fait d’être freelance.
“Freelance ? Le rêve, tu choisis tes horaires et ton lieu de travail”
“Freelance ? L’horreur, tu te galères à trouver des clients, tu peines à joindre les deux bouts en fin de mois et en plus tu dois faire des factures”
“Embaucher des freelances ? Non merci, on ne sait pas ce qu’ils font, et en plus on ne peut rien leur dire de confidentiel, ils risqueraient de le répéter à nos concurrents”
“Freelance, c’est pas par choix, c’est juste que j’ai pas trouvé”.


Alors qu’en est-il de tout ça ? Nous avons essayé de démêler un peu les pinceaux.

Ce qu’on a retenu ce sont d’un côté les raisons qui poussent un salarié à quitter sa position de salarié pour devenir freelance (quel que soit le statut).  
Pourquoi être freelance ? Ce qui est revenu le plus souvent : le choix !

Si certains salariés passent freelance, c’est donc avant tout pour choisir leurs projets et avoir la possibilité de dire “non”.
Les freelances apprécient leur liberté et truc de dingue, les freelances que nous avons rencontré ont reconnu que cette expérience leur avait permis de développer des compétences auxquelles ils ne s’attendaient pas : le commerce et l’administratif/gestion. Certains s’y sont découvert une passion. Pour les autres, ils ont pu explorer le portage salarial, les sous-traitants administratifs, bref, tous ceux qui peuvent, avec talent, les décharger de ces deux nouvelles missions ;)

Ok être freelance, check.

Ensuite, ça se passe comment ? Est-ce que les entreprises sont à l’aise avec le fait de faire appel à des freelances ?

Oui...et non. Oui parce que ça comble un besoin temporaire, c’est pratique, et ça évite d’internaliser la fonction.

Oui parce que le freelance est flexible (la liberté, les choix, les horaires, tout ça).

Oui pour plein de bonnes raisons.Vous vous en doutez il y a un MAIS.. !

Non parce qu’il ne va pas s’intégrer.

Non, parce qu’il est trop cher.

Non, parce qu’il va répéter ce qu’il sait de l’entreprise aux concurrents.

Non parce que… parce qu’il n’ “appartient” pas à l’entreprise.

Donc finalement, certains freelances ne sont pas invités aux réunions stratégiques, ne connaissent pas les données dites sensibles de l’entreprise, se sentent donc moins intégrés, et ne font pas d’efforts pour l’être. Un cercle vicieux.
Mouais. Et si nous arrêtions de raisonner “appartenance” et “contrat” pour penser personnalité et liberté ?
En plus, ça marche avec n’importe qui, freelance, salariés, partenaires, prestataires.

Les salariés qui décident de tenter l’aventure freelance le font principalement pour avoir le choix, nous l’avons dit. Pas parce qu’elles n’aiment pas l’entreprise, pas parce qu’elles n’aiment pas leur hiérarchie ou leurs collègues mais parce qu’elles souhaitent avoir le CHOIX.

Le choix d’adhérer ou non à une orientation stratégique, le choix de tenter telle ou telle carrière, le choix d’avoir une équipe avec qui aller boire un coup le soir après le travail, ou le choix de rentrer à la maison regarder un film dans le canapé, le choix de travailler depuis un autre endroit que leur bureau, et aux horaires qui les arrangent pour un meilleur équilibre vie pro/perso.

Bien sûr, tout n’est pas envisageable en entreprise, et pour tous les métiers. Certains imposent une présence, des réunions, des tâches incompressibles mais il est déjà possible d’aller dans ce sens, qu’en pensez-vous ?

Et si le freelance était le salarié de demain finalement ?