Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
FOCUS SUR : Le pouvoir de la raison d'être

FOCUS SUR : Le pouvoir de la raison d'être

24/10/2019

Commençons par définir ce qu’est l’Entreprise Altruiste.
Par définition, le mot altruiste vient du latin “alter” qui signifie “les autres”. L’entreprise altruiste, c’est l’entreprise tournée vers les autres, qui place naturellement l’humain au coeur des préoccupations. Comment considérer l’entreprise dite altruiste dans le monde économique dans lequel nous vivons ? Qu’est-ce que la raison d’être d’une entreprise et quel impact aux yeux de ses contributeurs ?


Valeur économique VS valeur sociale
Le but principal d’une entreprise telle que nous la connaissons depuis le XXème siècle, c’est de trouver l’idée et les processus pour faire du profit. Créer de la valeur économique. 
La globalisation de l’économie est basée sur ce même principe. 
Les entreprises altruistes ont dépassé cette idée. Leur réussite ne dépend pas de leur valeur économique. Ce fameux résultat économique n’est que l'une des conséquences, parmi d’autres, d’une recette mélangeant différents ingrédients essentiels : les collaborateurs, les clients, les parties prenantes, la gouvernance, les processus ...
Ce n’est plus la finalité de l’entreprise altruiste mais simplement un moyen pour réussir. 
Leur réussite dépend de leur contribution aux autres, au monde. C’est ce qu’on appelle la valeur sociale. C’est leur impact aux yeux de tous leurs contributeurs. 
Ainsi, l’entreprise altruiste ouvre une nouvelle perception du monde économique : “s’enrichir en donnant tout” !

La raison d’être de l’entreprise
C’est l’engagement authentique d’une entreprise à travers son impact sur le monde qui l’entoure.
La raison d’être de l’entreprise a vu le jour en France via la loi Pacte (article 1835 du code civil). Cette loi permet aux entreprises de modifier leur statut pour ajouter une raison d’être.

C’est quoi la raison d’être d’une entreprise ?
La raison d’être constitue l’ADN de l’entreprise, c’est le coeur du réacteur. Souvent résumée en une phrase, la raison d’être valorise l’action sociale de l’entreprise. 
Elle exprime “son impact dans l'intérêt général et fonde son identité.” 
Le questionnement à l’initiative de la raison d’être fait prendre à l’entreprise de la hauteur. L’idée est d’aller plus loin que la définition de sa valeur économique. Quelle est la place de l’entreprise dans le monde ? En quoi ses actions font avancer le monde ? À quoi servons-nous dans ce monde ? De façon concrète, la raison d’être résume la mission de l’entreprise. 

Quelques pistes pour définir sa raison d’être
Être authentique et être prêt à s’engager durablement sont deux aspects essentiels pour définir sa raison d’être. Redéfinir ce qui existe déjà, se mettre à jour en actualisant vos valeurs et vision actuelles. Si vous êtes déjà dans cette démarche depuis quelques temps, appuyez-vous sur vos forces en les travaillant dans une version plus globale, en prenant en compte tous les contributeurs de l’entreprise. 
Gardez à l’esprit que l'intérêt économique et l'intérêt social vont de pair. 
Basez-vous sur le bon sens : est-ce que la raison d’être et la stratégie proposée pour y arriver sont cohérentes ? Est-ce que le chemin pour y arriver est clair pour chacune des parties prenantes ? 

Les conséquences d’une raison d’être mal employée
Le risque principal c’est la mauvaise définition de la raison d’être. Qu’elle soit trop rapidement formulée et qu’elle plonge l’entreprise dans une impasse. 
La raison d’être ne doit pas être perçue comme une simple action de communication par les collaborateurs. Si la stratégie de l’entreprise n’a pas pour but la raison d’être, les collaborateurs n’y adhérerons pas. La raison d’être “c’est la clé de voûte du projet de l’entreprise”.
“Ce n’est pas non plus une baguette magique qui répare tous les maux.” Elle donne le sens, le cap du voyage - c’est l’objectif ultime à atteindre. 
Pour cela, l’entreprise à besoin de poser une stratégie claire pour y arriver.

Comment valoriser son impact sur le monde ?
Devenir une entreprise altruiste est un vrai changement de posture et de cap. Pour que ce changement fonctionne, il a besoin d’être impulsé et suivi par la direction vers les collaborateurs. Ce changement a besoin également d’être intégré et validé par les collaborateurs et respecté par les parties prenantes pour qu’il fonctionne.
La certification BCorp est à l’initiative de cette démarche. BCorp permet de se positionner par rapport à son score (sur 200 points). Le questionnaire BCorp se pose comme un outil de mesure, des indicateurs pour se positionner et choisir la priorité des actions, propre à chaque entreprise, pour se rapprocher de sa finalité : sa raison d’être. 
BCorp devient alors un moyen stratégique pour atteindre son but.
Au delà du cadre stratégique proposé par le label, BCorp permet de faire partie d’une communauté qui a pour but de faire évoluer le monde économique. BCorp, c’est le moyen de placer l’humain au coeur de l’économie et d’utiliser le business comme un moyen et non comme une finalité. 

Isaac Getz et Laurent Marbacher définissent le concept de l’entreprise altruiste et partagent différents cas de transformation d’entreprise dans un ouvrage : “L’entreprise Altruiste” aux éditions Albin Michel. 
Les événements que nous avons vécu ces dernières semaines : le Bcorp Summit d’Amsterdam, le World Forum à Lille et la lecture de ce livre, nous donnent envie de vous partager cette notion d’entreprise altruiste. 
Nous sommes aux prémices de notre démarche, avec la certification Bcorp l’été dernier. 
La suite au prochain épisode !
Entre temps, si vous êtes intéressés, nous sommes disponibles pour échanger.

See you

source 1 : L’entreprise Altruiste, Laurent Marbacher et Isaac Getz, édition Albin Michel
source 2