Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
LA MINUTE RSE : Le management intergénérationnel, un vrai “melting pot”

LA MINUTE RSE : Le management intergénérationnel, un vrai “melting pot”

05/11/2018

Le management intergénérationnel, un vrai “melting pot” qui bouscule les entreprises aujourd’hui?
Vous avez déjà tous entendu parler des générations X, Y, Z et Alpha.
C’est quoi la différence ?


Il y a d’abord la génération silencieuse (nés en 1945 ou avant 1945) : elle porte bien son nom ! Cette génération se caractérise par un acharnement au travail et une absence de revendication. Hors de question de se faire remarquer pour quoi que ce soit. On travaille, on travaille, on travaille que cela nous plaise ou non. Bref la génération du travail !

Puis ensuite est venue la génération des baby-boomers (nés entre 1946 et 1964) : ce sont toutes les personnes nées en plein Baby Boom lors du pic de natalité le plus connu en France et dû à l’après guerre mondiale. Elle a connu le plein emploi et n’a pas subi le chômage. Elle a recherché la valorisation sociale dans le travail. On rejoignait une entreprise pour la vie à cette époque ! Bref la génération bénie !

Après la génération X (nés entre 1965 et 1979) a débarqué : ce sont ceux à qui l’on a demandé la plus grosse part de sacrifices. Ils ont connu un fort taux de chômage avec de la précarité, une fois arrivé sur le marché de l’emploi. Leur travail n’est plus leur principal centre d’intérêt. Leur vie personnelle et sociale ont aussi toute leur place. Bref la génération désenchantée !

Puis vient la génération Y ou encore appelée “millennials” (nés entre 1980 et 2000) : la première génération à être née avec le monde du web ! On attribue le nom à la forme en «Y» du baladeur qui caractérise majoritairement le mode d’écoute de cette génération. Côté pro, le travail n’est plus au centre de leur vie. Ils ont pris du recul face à la sphère professionnelle et s’impose même du repos pour décompresser. Ils ont besoin d’un équilibre vie pro et vie perso. L'émergence de ces "nouveaux travailleurs" impulse une révolution du monde du travail. Bref la génération révolutionnaire !

Aussi la génération Z (nés après 2000) : Z pour Zapping. Oui cette génération n’a pas peur de zapper. Ils sont en train d’arriver sur le marché de l’emploi. Ils sont nés avec le numérique. Cette génération est Ultra Connectée dans son quotidien. Travailler oui mais pourquoi ? Et oui cela devrait avoir du sens pour eux sinon ils zappent. Bref la génération Zappeuse !

Et enfin la génération Alpha : ils sont loin d’arriver sur le marché de l’emploi mais ce sera la prochaine génération à appréhender dans 20 ans.
Ils sont nés dans le numérique. Encore plus connectée que la Z et certainement encore plus exigeante et volatile qu’elle.
Ce sera la première génération à ne pas connaître la vie déconnectée. Bref la génération hyper-connectée !

Et maintenant, si un X manage un Z ça donne quoi ? Ou encore un Z qui manage un Y ? Que donne ce chassé croisé générationnel ? Même Bison Futé a du mal à se repérer…
Là est toute la difficulté si nous ne nous posons pas quelques instants pour le comprendre.
«Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante», disait George Orwell, écrivain journaliste britannique.

La définition du management intergénérationnel nous dit que : «l’art de faire vivre et travailler efficacement ensemble des collaborateurs de générations différentes en capitalisant sur leurs différences et sur ce qui les relie».
Ce management intergénérationnel devient un axe prioritaire pour les entreprises. L’ignorer pourrait bien mettre en péril leur activité. Leur objectif est de composer avec ces différentes générations au quotidien, d’utiliser leurs forces pour mener à bien chaque enjeu, d’apprendre à travailler avec leur complémentarité.

Peut-être devrions-nous commencer par segmenter en fonction des caractères et des personnalités plutôt que par génération. De mettre à profit les profils les plus adaptables pour accompagner les moins adaptés. Revenons à l’essentiel, restons simple et utilisons notre bon sens.
Dépassons les stéréotypes pour faire en sort que le collectif fonctionne via les compétences de chacun. Créons une sphère d’interaction entre les collaborateurs pour plus de réciprocité et de proximité. Echangeons nos best practices. Le manager de proximité possède un rôle essentiel dans ce jeu de 7 familles. C’est lui qui va impulser la force du collectif et mettre en place une dynamique pour favoriser les échanges intergénérationnels dans l’équipe. Plusieurs grandes entreprises ont déjà mis en place des binômes générationnels. Un X avec un Y qui sont sur des métiers voir des régions et des branches différentes de l’entreprise. L’idée c’est qu’ils se rencontrent au moins une fois par trimestre pour construire ensemble des habitudes agiles et en lien avec les tendances actuelles.

L’entreprise se doit de valoriser cette diversité et d’en profiter pour créer de la cohésion. Le management intergénérationnel c’est avant tout la diversité par l’âge.
C’est aussi savoir faire preuve d’agilité et d’ouverture d’esprit, d’accepter l’autre quel qu’il soit, sans jugement. Le partage de pensée, de méthode de travail, de valeur et d’ambition est une richesse.

Nadia, Talent Recruiter & Trainer.