Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
L’entrepreneuriat au féminin : quelles sont les perspectives ?

L’entrepreneuriat au féminin : quelles sont les perspectives ?

28/09/2015



L’ouverture de RH Performances Toulouse, c’est aussi une aventure humaine. En effet, Laetitia Barrere devient directrice associée de notre cabinet toulousain après trois années passées au sein du cabinet lillois. L’occasion de nous pencher sur le thème de l’entrepreunariat au féminin !

Force est de constater que les femmes demeurent sous représentées dans les chiffres relatifs à l’entrepreneuriat en France. En 2014, 29% des créateurs d’entreprises étaient des femmes soit une augmentation de 3% seulement depuis 2002. Des statistiques inquiétantes quand on sait que les femmes représentent la moitié de la population active et sont en moyenne plus diplômées que les hommes.
Les études montrent que 48% des femmes entrepreneuses ont créé leur entreprise dans le secteur des services contre 30% dans le commerce.

La créatrice d’entreprise en 2015, qui est-elle ?
En 2015, l’entrepreneuse française moyenne a 39 ans, elle est primo-créatrice (elle n’a pas d'expérience significative de dirigeante de PME créée ou reprise). Elle crée une SARL, une entreprise innovante dans les biotechnologies, les matériaux ou les génies des procédés. Son projet d’entreprise est de taille modeste, environ 285 000 euros.


Des préjugés qui perdurent...
En effet, contrairement aux idées reçues, les femmes valorisent autant l’entrepreneuriat que les hommes. Selon le rapport sur l’entrepreneuriat féminin réalisé par le Centre d'analyse stratégique (CAS) en avril 2013, 70% des femmes estiment que la création d’une entreprise est un bon choix de carrière pour 70,1 % chez les hommes.
Néanmoins, 6% des femmes pensent créer ou reprendre une entreprise contre 10,5% chez les hommes.

Les entreprises dirigées par des femmes sont en général plus petites que celles détenues par les hommes, en termes de chiffres d’affaires comme du nombre de salariés.
Leur société compte en moyenne 0.7 salariés et génère un CA moyen de 71 000 euros, contre 1.1 salarié et 150 000 euros pour les hommes.
Les entrepreneuses ne représentent que 13% des dirigeants d’entreprise de plus de dix salariés. Cependant, lorsqu’elles sont aux commandes d’entreprises de plus grande envergure, ces dernières sont en moyenne plus productives et plus performantes.

De plus, la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle n’est pas un frein à l’entrepreneuriat chez les femmes. Au contraire, la peur de rompre l’équilibre familial est placée au 10e rang des difficultés rencontrées lors de la création d’entreprise. La vie familiale peut même être vue comme un facteur de réussite puisque les créatrices d’entreprise en couple ont statistiquement plus de réussite 71,2% contre 68,7% pour les femmes célibataires.

Pour celles et ceux qui auraient du mal à séparer l’univers professionnel du cocon familial, n’hésitez pas à aller voir notre article sur le sujet : “Le blurring ou l’effacement progressif de la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle.”

Et le management ?
En termes de management, les femmes ont un management plus participatif que celui des hommes. Elles auront plus souvent tendance à demander l’avis de leurs collaborateurs pour prendre une décision et délèguent pourtant moins que les hommes. Cependant, les chercheurs estiment que les managers les plus doués, hommes et femmes confondus, partagent les mêmes qualités à savoir le charisme, le courage et l’empathie.

L’entrepreneuriat au féminin, où en est la France ?
Concernant les opportunités d’entreprendre, sans surprise, les États-Unis et leur “American Dream” sont en tête du classement. La France elle, se trouve à la quatrième place derrière l’Australie et l’Allemagne.  Chez nous, certains facteurs rendent plus faciles l’accès à l’entrepreneuriat tels que le système de prise en charge des enfants en bas âge ou encore la communication faite autour des femmes entrepreneuses dans les médias ou dans le système éducatif.

Néanmoins, la France reste en retard par rapport au trio de tête du classement. Aux États-Unis, les femmes représentent 50% des créations d’entreprises contre 29% dans l’Hexagone. La France est le pays occidental où le pourcentage de femmes ne se sentant pas capables de créer leur entreprise est le plus élevé : 64,8 %.
Pour rappel, les principales inquiétudes exprimées par les femmes sont :
- L'impression de ne pas avoir les compétences requises
- La peur de trop grandes responsabilités
- L'investissement financier trop important
- Le manque de temps

Pour encourager les femmes à devenir leur propre patron, le gouvernement a initié depuis 2013 un plan de soutien à l’entrepreuneuriat féminin en 3 axes : la sensibilisation, l’accompagnement et l’aide au financement. L’objectif de cette politique volontariste est d’augmenter la part de femmes chefs d’entreprise (créatrices et repreneuses) de 30 % à 40 % d’ici à la fin du quinquennat, en 2017.
C’est dans ce cadre qu’a été créé le site ellesentreprennent.fr, premier pilier visant à informer et orienter.


Pour plus d’informations, rendez vous sur les sites suivants :
www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/
ellesentreprennent.fr


Sources : LaMinuteRH, Chefdentreprise
http://www.chefdentreprise.com/Thematique/entrepreneuriat-1024/Breves/Les-vraies-fausses-verites-entrepreneuriat-feminin-234183.htm

http://www.rhperformances.fr/laminuterh/article/265