Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
On AIME : ENEDIS (ERDF) féminise ses équipes techniques

On AIME : ENEDIS (ERDF) féminise ses équipes techniques

04/07/2017

Et oui nous la RSE nous y sommes hyper attachés, (cf notre minute RSE). Alors quand nous voyons de beaux projets aboutir, nous sommes touchés et nous avons envie aussi de partager les réussites des autres entreprises qui agissent avec la même force de conviction qui nous anime au quotidien dans cette démarche.

Nous allons vous raconter l’histoire du groupe ENEDIS, que nous connaissons encore pour beaucoup d’entre nous sous le nom ERDF. ENEDIS est acteur majeur sur le territoire français dans le développement durable et dans les économies d’énergie. Pour rappel, son coeur de métier est “l’acheminement de l’électricité vers plus de 34 millions de clients, particuliers ou entreprises, sur 95 % du territoire métropolitain. Ses 36 000 salariés assurent au quotidien l’exploitation, le développement, le dépannage et l’entretien d’un réseau de plus de 1,2 million de kilomètres de lignes électriques.
 
Du coup, leur coeur de métier rend d’autant plus fort et stratégique leur engagement environnemental. Nous allons faire un focus sur leur approche sociétale et plus particulièrement sur la mixité au sein de leur effectif. Parce-que oui, qui dit coeur de métier technique, dit une majorité d'hommes. Bon allez, arrêtons ces préjugés et constatons tout de même qu’une nana, à diplôme équivalent, peut tout aussi bien exercer les mêmes métiers qu’un homme. ENEDIS prône une ouverture à la diversité de ses profils : des hommes, des femmes, des jeunes, des personnes plus expérimentés, des personnes valides et d’autres en situation de handicap, ...
 
Revenons à nos moutons ! A travers cet article, nous souhaitons valoriser l’action de ENEDIS au sujet de la féminisation de ses équipes techniques. Parce-que cette mixité représente une richesse pour l’entreprise avec des valeurs d’employabilité fortes ; des métiers accessibles à toutes et à tous basés sur “les compétences, les talents, le goût pour l’innovation et le sens de l’engagement.
 
Pour faire mûrir cette réflexion, ENEDIS a fait appel au CORIF et particulièrement à Maleka, spécialiste depuis 20 ans des questions d’égalité Homme / Femmes. Les principes de réussite ont été de mettre en place un accompagnement des équipes masculines pour aider à l’acceptation de collègues femmes et surtout le fait d’intégrer plusieurs femmes simultanément pour qu’elles n’aient pas de sentiment d’exclusion.
 
Une ambition forte : plus de femmes dans les métiers techniques.
 
La volonté principale de cette action c’est la diversité des carrières. Comment ? En accompagnant, en formant, en favorisant la position des femmes au sein des métiers techniques : “réaliser les aménagements nécessaires pour que les techniciennes puissent exercer confortablement leur métier”.
 
 
Une étude de chez ENEDIS, réalisée en interne, nous partage les témoignages de leurs collaboratrices :
 
Aurélie, 22 ans, a rejoint ERDF en 2007, après un BEP électrotechnique en alternance. En tant que technicienne clientèle, elle a pour mission de réaliser ou de planifier des interventions techniques chez les particuliers ou les entreprises (relevés ou entretien des compteurs, dépannages, branchements en électricité).”
“Mon choix de faire carrière dans un métier technique, je l’ai fait en troisième.Je me souviens avoir demandé à faire un BEP électrotechnique en alternance. Cela n’a pas été toujours simple de faire bouger les lignes. Je ne parvenais pas à trouver de stage en alternance pour mon BEP. Comme je sais ce que je veux, je ne me suis pas découragée et je me suis adressée à ERDF. Ils m’ont fait passer des tests et, à l’issue de la formation en alternance, j’ai obtenu un CDI. Et me voici aujourd’hui : je suis électrotechnicienne en clientèle et tout se passe vraiment bien. Faire le métier que l’on aime, c’est souvent une affaire de volonté. Initialement, personne ne veut croire qu’une femme est capable d’exercer un métier technique comme celui-là. Mais si l’on insiste un peu et que l’on fait les efforts nécessaires pour faire ses preuves, les idées reçues ne tiennent pas longtemps.”
 
Alison, 34 ans, a rejoint ERDF en 2007 après une première mission en intérim dans l’entreprise. Son métier d’exploitant logistique l’amène tantôt à décharger les camions, conduire les chariots élévateurs, ou saisir les livraisons en informatique. Une activité physique mais très variée, dans laquelle Alison se voit poursuivre sa carrière.”
“Dans un métier où la force physique compte, il m’a fallu convaincre. Avant de rejoindre ERDF, j’avais fait beaucoup de petits boulots (garde d’enfants, travail en supermarché ou à la chaîne). Les recruteurs d’ERDF m’ont logiquement posé des questions sur ma force physique. Ils ne m’avaient jamais vue en action. Mais j’étais très motivée pour obtenir ce travail. Entrer à ERDF, pour moi, c’était l’opportunité de trouver un emploi qui me plaise et dans lequel je pourrais évoluer. Alors, je leur ai proposé de me prendre à l’essai en intérim pendant trois mois, pour qu’ils voient ce que je valais. Ils m’ont embauchée à la fin de cette période et j’ai été très bien accueillie par l’équipe. Quand je suis arrivée, il y avait deux femmes. Maintenant, nous sommes quatre dans l’équipe, dont certaines ont des responsabilités.”
 
Pour découvrir le reste de l’étude et les autres témoignages, c’est par ici !
 
source