Accueil>Actualité

Actualité

Toutes les actualités
ON AIME : La manufacture des Flandres

ON AIME : La manufacture des Flandres

03/10/2016

Les 18 et 19 septembre 2016 se déroulaient les Journées du Patrimoine, événement immanquable pour Caroline, qui y a trouvé l’occasion de découvrir un peu plus l'historique de son secteur de prédilection et plus particulièrement de l'industrie textile. Récit d’une journée passionnante passée à la manufacture des Flandres.

Située à Roubaix, la manufacture des Flandres retrace l’évolution du métier du textile et notamment du tissage depuis le Moyen-Âge jusqu’au textile intelligent et innovant. Au Moyen-Âge,cette activité était uniquement dédiée à la production de chaque famille, pour les plus chanceuses, avec de petits modèles de métier à tisser en bois d’environ 1m3.

Entre-temps et comme toute industrie, les process se sont industrialisés et Roubaix devient alors LA capitale du textile, statut réservé à la ville de Lille jusqu’au milieu du IXe siècle. Se sont  alors développés de nombreux outils industriels mécanisés dans un souci de productivité.
D’où une véritable transformation de l’écosystème roubaisien :
 


La ville est véritablement transformée par cette activité. Roubaix fut même surnommée la “ ville aux mille cheminées ” en référence aux nombreuses usines réparties sur toute la ville. La mairie de Roubaix image parfaitement ces heures de gloire passées, avec des représentations de la vie ouvrière en guise d’ornements visibles sur la façade de l’hôtel de ville.



Au début des années 70, l’industrie textile est en perte de vitesse dans toute l’agglomération lilloise et a fortiori, à Roubaix. Ce déclin est une conséquence directe de la perte de productivité et de compétitivité face à la délocalisation massive des activités textiles vers des pays dans lesquels on produit plus vite et moins cher.

Durant sa visite, Caroline a été marquée par les conditions de travail de l’époque. En ce temps-là, femmes et hommes travaillaient en moyenne 15 heures par jour et 6 jours sur 7. Les enfants quant à eux se rendaient à l’usine dès l’âge de 10 ans.

D’après Caroline :

“On est bien loin des problématiques actuelles autour du bien-être en entreprise et de la RSE !”

Plus réjouissant, Caroline s’est amusée à comparer le tissage Jacquard aux anciennes cartes mères informatiques, fonctionnant lui aussi grâce à un système binaire.



Si l’industrie du textile roubaisienne a connu des moments difficiles ces deux dernières décennies, elle se relève petit à petit notamment grâce à l’industrie du luxe, mais aussi aux textiles intelligents et innovants parmi lesquels on trouve :

des slips qui sentent bon
- des t-shirts anti-UV
- des t-shirts anti-transpirants
- le Kevlar
- le Gore-Tex
- des taies d’oreillers qui diffusent de l’aromathérapie
- et tous les autres !


Pour Caroline, si l’exposition proposée à la manufacture des Flandres retrace la décroissance de l’industrie textile, elle finit néanmoins sur une note positive avec le rebond de cette même industrie. Bien que le nombre d’emplois ne soit pas le même que jadis, il existe encore une multitude d’opportunités dans la capitale historique du textile en France !