Que faites-vous pour décrocher vos collaborateurs des écrans ?

Terrible réalité ! Nous devenons de plus en plus accros aux écrans. Et le pluriel que j’utilise a son importance : nous nous sommes rendus compte, lors d’une simple discussion entre collègues, que nous étions plusieurs à ne plus nous contenter d’un seul écran.
Concrètement ? Eh bien certains d’entre nous avons la fâcheuse habitude de pianoter sur notre smartphone tout en regardant la télé, par exemple. Pas de panique, le législateur a pensé au Droit à la Déconnexion !

Que faites-vous pour décrocher vos collaborateurs des écrans ?

Trop de connexion tue la connexion ! 

Pourquoi ? Le fait d’être connecté présente de nombreux avantages : réactivité, home office, travail à distance, etc.

Tant de modalités de travail auxquelles nous nous sommes tous habitués.

Cependant, ceci a des conséquences dommageables : un surmenage causé par l’impression de toujours penser au travail, la sensation d’une pression continue, voire l’obligation de répondre à toute heure et même pendant ses congés.

Dans un contexte où les phénomènes de stress et de burn-out sont en croissance, il s’agit d’encadrer les pratiques des managers pour éviter les dérives.

En simplifié ? Le Droit à la déconnexion, c’est le droit de ne pas être joignable pendant des temps de repos.

Dans la réalité, le cas RH Performances ? 

Pour ne rien vous cacher, ce sujet n’est pas réellement porté chez RH Performances, car il n’y a aucune obligation de répondre aux communications pros, si le moment n’est pas propice (est-ce bien pertinent de décrocher à un appel professionnel si on est dans le métro et que la communication est régulièrement interrompue ?) ou si le salarié est en congés.

A notre niveau, nous proposons systématiquement une ligne téléphonique (+ portable pro) à tout salarié intégrant l’effectif. Certains, par commodité, choisissent d’utiliser leur portable personnel : aucune obligation.

Nombreux sont ceux qui laissent leur portable professionnel au bureau le soir, voire leur ordinateur portable.  De la même manière, en 5 ans chez RH Performances, jamais personne ne m’a reproché le fait de ne pas répondre le soir, le week-end ou en congés.

Mea Culpa : il m’arrive de rédiger des mails le week-end ou en soirée.

Dans ce cas, 2 possibilités :

  •   Je laisse les mails en brouillon et je les envoie le lendemain matin
  •   J’envoie les mails avec une formule suffisamment explicite de type « Hello ! J’espère que tu ne verras ce mail que demain » pour bien spécifier à mon interlocuteur que je n’attends aucune réponse immédiate

Quelles autres pratiques possibles à mettre en place dans vos entreprises ? 

Pour correctement border le sujet, de nombreuses entreprises ont choisi d’aborder le sujet lors des négociations annuelles, et d’éditer une charte.

Certaines entreprises, plus drastiques encore, adoptent la méthode allemande : les serveurs sont fermés et les salariés n’ont plus accès à leurs mails et outils professionnels les soirs et week-ends.

D’autres utilisent des outils collaboratifs qui permettent aux différentes parties prenantes d’un projet de consulter le « channel » de discussion sans perte d’information au moment souhaité.

Ex : Slack ou WhatsApp

Preuve que la digitalisation peut aider à déconnecter !

Dernière astuce très pragmatique : assurer une passation à un collègue, qui prend votre relai en période de congés.

Et vous, quelles sont vos astuces ? 🙂

To-Anh, IT & Digital Talent Recruiter